Recherche

Prenez soin de votre esprit, Mangez ensemble.

  • Alimentation
  • commensalité
  • COVID-19
  • partage
  • Psychologie
  • Santé COVID-19
0 commentaires Temps de lecture estimé : 10 min
Prenez soin de votre esprit, Mangez ensemble.

Le confinement, la fermeture des lieux de vie commune, la limitation des déplacements, la persistance d’un virus et de ses variants mettent à l’épreuve notre bien-vivre ensemble. Les repas collectifs et conviviaux autour d’une même table, réunissant les amis entre eux, la famille, les collègues, etc., sont à présent presque inexistants ou fortement contraints.

Cependant, dans cette atmosphère anxiogène et depuis nos intérieurs intimistes plus ou moins confortables, nos envies de rencontrer l’autre autour d’un verre, sur une terrasse, dans un bistrot, autour d’un festin se trouvent décuplées.

Ainsi, l’isolement vécu par chacun et chacune d’entre nous ainsi que le manque de sociabilité ressenti font ressortir le rôle éminent que tiennent les restaurants et les restaurateurs dans l’animation de nos vies sociales.

Partant de ces constats, plusieurs passionnés de cuisine ont lancé le mouvement “Tout le Monde à Table !”. À travers la création de binômes entre des chefs et des personnes inspirantes, passionnées de cuisine, TLMAT ! vise à recréer du lien social en nous projetant dès aujourd’hui dans notre retour collectif à table. Pour définir nos objectifs, il nous a fallu mieux comprendre comment la crise de la Covid-19 a ébranlé cet aspect si important de nos vies. Nous avons donc mené un sondage auprès de 83 personnes allant de 18 à plus de 60 ans afin de saisir comment la crise a bouleversé leur façon de penser, de vivre et de partager les repas. Les réponses nous permettent aussi de savoir ce que le public attend d’un projet tel que le nôtre afin de continuer à le construire tous ensemble.

Les résultats du sondage soulignent plusieurs tendances. À la question « qu’est-ce que la Covid-19 a changé, concrètement, dans votre manière de vivre les repas ? », une part très significative des répondants déplore le resserrement de leur cercle social lors des repas. Pour certains, c’est le manque « de partage et de convivialité » qui les affecte le plus, d’autres évoquent « la distanciation à table, en famille, par peur de se contaminer ».

Ce mal-être s’exprime de plusieurs manières. Lorsqu’on leur demande « qu’espérez-vous pour l’avenir du point de vue des repas ? », une femme quarantenaire espère un jour « retrouver de grandes tablées sans avoir peur d’un postillon ». Mais outre les repas entre amis et l’abandon des gestes barrières, de nombreux enquêtés se prennent à rêver d’un « retour au restaurant ». Certains attendent une prise de conscience, comme une entrepreneuse qui souhaite que « les gens se rendent compte de l’importance du partage ».

Qu’elles expriment un malaise ou un espoir, la quasi-totalité des réponses reçues pointe l’importance fondamentale de manger à plusieurs.

Pourquoi est-il important de manger ensemble ?

Partager de la nourriture a toujours été un moyen de consolider les liens entre les acteurs de ce partage. À l’inverse, la résistance au partage instaure une forme de distance et d’hostilité. La commensalité, l’acte de manger ensemble, compte ainsi comme un agent important de socialisation. (Bloch, 2010)

La commensalité : un acte fondateur d’identité et vecteur de bonheur

Pour Jean-Sébastien Philippart, professeur de philosophie et de théologie, Manger ensemble s’avère être structurant. Il considère que les femmes et les hommes sont des êtres de relations et que ces relations vont prendre corps, de façon privilégiée, avec l’expérience concrète du partage. Sur cette base, quand une personne est à table avec d’autres, elle ne se nourrit pas uniquement de plats, mais de relations qui s’effectuent à table.  Pour 75% de nos répondants, se retrouver pour manger ensemble permet de renforcer le lien social et de lutter contre l’isolement. En conséquence, il ne s’agit pas seulement de se nourrir pour vivre physiquement, mais il s’agit de se nourrir aussi pour se construire et développer son appartenance à un groupe, s’identifier en tant qu’individu propre et comme individu au sein de ce dernier. (Philippart, 2011)

Par ailleurs, une recherche de l’Université d’Oxford a révélé que plus les gens mangent avec les autres, plus ils sont susceptibles de se sentir heureux et satisfaits de leur vie. Les résultats suggèrent que la commensalité augmente le sentiment de bien-être et renforce le sentiment de satisfaction et d’intégration au sein de la communauté. Les personnes qui partagent un même repas sont plus susceptibles de se sentir mieux dans leur peau et d’avoir un réseau social plus large capable de fournir un soutien social et émotionnel. (Dunbar, 2017)

Robin Dunbar, l’un des professeurs de psychologie qui a participé à l’étude, considère que la stimulation endorphinique au niveau du système nerveux est favorisée par le partage de la nourriture. Ces opioïdes qui élèvent l’humeur ne sont pas uniquement sécrétés durant l’acte de manger en soi, mais aussi à chaque fois que nous entretenons des relations sociales satisfaisantes. (Dunbar, 2010).

En outre, les endorphines ne sont pas les seules hormones sécrétées lors du partage de repas. Une étude menée à l’institut Max Planck, sur les parentés de l’homme, les chimpanzés, a démontré que les niveaux d’ocytocine urinaire chez les chimpanzés non apparentés après le partage de nourriture étaient plus élevés qu’après le toilettage, un autre comportement coopératif.

Cela sous-entend que partager de la nourriture pourrait être un agent plus important que d’autres comportements coopératifs dans la promotion des liens sociaux. En reproduisant les mêmes mécanismes neurobiologiques que ceux élaborés lors de la consolidation du lien mère-enfant durant la lactation, le partage des aliments pourrait être la raison de l’amorcement des relations de coopération entre chimpanzés adultes, tant apparentées que non apparentées (Roman Wittig, 2014).

La convivialité, le plaisir de partager la table

Brillat-Savarin (1825, 160-164) définit la convivialité comme « le plaisir de partager la table ». Dans ce sens, le mot « conviviat » désigne toute personne qui trouve un plaisir particulier dans le partage d’un bon repas avec autrui, alimenté de conversations et de réflexions. Ceci fait partie du Vivre-ensemble , du besoin fondamental de l’homme de partager, d’échanger et d’être en communauté, mais surtout de tisser des liens amicaux. Dans notre sondage, 94% des répondants se disent d’ailleurs « Tout à fait d’accord » avec le fait que se retrouver pour manger à plusieurs est utile pour partager et prendre du plaisir ensemble. Manger c’est nourrir le corps, alors que l’amitié nourrit l’esprit, d’où cette association non arbitraire (Corbeau, 2002, 97). Cet environnement convivial entretient une forme de bonheur collectif, où le bien-être de chacun s’épanouit dans la résonance du bien-être d’autrui. (Salomé, 2005).

Le « plaisir de la table » ne peut se limiter au simple goût des aliments. On parle pourtant souvent d’une certaine « mise en scène » du repas, qui varie d’une société à l’autre. Cette disposition dramaturgique met en œuvre la présentation des aliments, les comportements gustatifs, l’étiquette de la table qui opèrent de manière sensorielle, empathique ainsi que communicative (verbale et non verbale). Ainsi, manger en compagnie est par nature une sorte de dialogue, où chaque convive est actant principal (Barthes, 1975, 12). En effet, selon une de nos répondantes,  « peu importe l’endroit [du repas], pourvu qu’il soit partagé avec d’autres personnes avec qui on discute de tout, quel que soit le sujet, quelle que soit la nature des repas ».

Manger ensemble, c’est donc partager bien plus que des aliments. C’est partager un moment, prendre part à une mise en scène et nouer des liens sociaux. Mais la commensalité ne commence pas quand sonne la cloche du déjeuner, elle débute bien avant. Chaque repas demande des préparatifs et ceux-là peuvent déjà être le début d’une belle expérience de partage…

La cuisine à quatre mains (ou plus) :

D’après Emmanuelle Turquet, fondatrice de la cuisine-thérapie, cuisiner ensemble aide à la consolidation et à l’approfondissement de la relation entre les personnes concernées à travers la coopération que cela nécessite : choisir le menu, répartir les tâches, agir et se déplacer en harmonie dans la cuisine, partager les ustensiles, etc. La cuisine à quatre mains revêt un caractère familier, qui, lorsqu’il s’inscrit dans le quotidien, permet le rapprochement des individus.

Cuisiner avec l’autre, c’est en quelques mots, s’introduire à son monde, s’ouvrir à son esprit et s’engager mutuellement avec entraide et solidarité.  C’est un véritable exercice de lâcher prise : il s’agit d’accepter de faire différemment, d’intégrer le « savoir-faire » du partenaire, ses envies et ses techniques de préparation du repas. (Turquet, 2020)

Par ailleurs, la recherche de Racine et St-Onge sur les cuisines collectives au Québec démontre que le fait de prendre des initiatives tout en respectant la structure du groupe augmente l’autonomie des protagonistes. Alors, en partageant leurs idées et en étant activement impliqué dans la création culinaire, leur sentiment d’efficacité personnelle augmente. De ce fait, cuisiner ensemble dans une dynamique de groupe positive entraîne, chez les membres du groupe, une plus grande estime de soi ainsi qu’un sens d’accomplissement et un plus grand sentiment de valorisation personnelle. (Racine et St-Onge, 2000).

Enfin, cuisiner pour les autres est gratifiant pour les cuisiniers sur un plan personnel. Selon Julie Ohana, thérapeute en cuisine-thérapie, la cuisine altruiste renforce le sentiment de confiance en soi et l’appréciation de soi. En l’occurrence, le sentiment d’accomplissement des cuisiniers n’est pas le seul fruit de l’acte altruiste, mais est aussi lié au fait de contribuer de manière basique à garder en vie. (Ohana,2017).

Manger ensemble semble donc avoir de nombreux effets positifs. C’est parce que manger est intime que partager cet instant avec l’autre peut être si précieux ; mais c’est aussi pour cela qu’il peut être difficile de lâcher-prise. Car partager un repas, c’est aussi se soumettre au regard de l’autre et donc, risquer de ressentir une pression sociale.

Pas toujours simple de manger ensemble

Effet d’entraînement

En général, nous avons tendance à manger plus quand nous sommes plusieurs à table. Sous l’influence collective, nous avons tendance à succomber au désir des autres, par exemple, nous évaluons le menu différemment lorsque nous sommes en sortie avec des amis au restaurant que lorsque nous sommes seuls.  Faire comme l’autre revient implicitement à être en phase avec le groupe, cherchant en quelque sorte son appartenance.

Par ailleurs, une étude publiée dans le journal Evolutionary Psychological Science démontre que les hommes répondent davantage à leur faim en présence des femmes. En effet, cet enthousiasme vis-à-vis de l’appétit est « une façon de faire valoir leur supériorité » ainsi qu’un moyen d’impressionner. (Kniffin, 2016)

Effet inhibant voire intimidant

En revanche, la présence en groupe peut aussi être une source d’entrave pour certains. Dr Helen Ruddock, directrice de recherche en psychologie à l’université de Birmingham, a mené une recherche qui suppose que l’on choisit souvent quoi manger (et combien) en fonction du type d’impression qu’on veut transmettre de nous-mêmes. Les femmes, notamment, adopteraient des comportements alimentaires restrictifs en présence d’autres convives; elles n’accordent pas grande importance à leurs envies gustatives lors des repas partagés (Ruddock, 2019).

Également, certaines personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire craignent d’être critiquées pour leur choix alimentaire. Dans le cas extrême, cet inconfort se traduit en une inhibition totale  : s’interdire de manger en présence de l’autre, ou bien même faire des efforts conscients pour éviter de telles situations de partage. Pour finir, manger avec l’autre éveille la crainte de se sentir jugé à cause des déformations du visage ou les bruits de mastication, ce qui peut être bien embarrassant pour certains. (Turquet, 2020)

«Nous ne nous asseyons pas à table pour manger, mais pour manger ensemble», écrit Plutarque. Cette citation fait écho aux résultats de cette recherche. Au fil de l’analyse des données recueillies du questionnaire, nous avons noté l’usage fréquent, auprès des enquêtés, des termes « amis » (47 fois) et « famille » (39 fois) pour décrire leur repas idéal. En effet, nous pouvons déduire que le repas, dans leurs imaginaires, relève davantage d’un moment partagé avec des proches que d’une prise alimentaire. Le repas ne représente pas seulement le simple acte de manger, mais, très souvent, prend la forme d’une situation intime et conviviale qui peut se décliner en plusieurs moments : d’abord, faire la cuisine, ensuite mettre la table et enfin, échanger avec ses proches, constituant ainsi des moments du repas à part entière. À l’aune de ces éléments, Tout le Monde à Table ! vise principalement à revaloriser ces moments qui ont été effacés par le contexte sanitaire au profit de la dimension purement alimentaire du repas.

Réponses collectées à la question  » Que pensez-vous qu’un mouvement comme Tout le Monde à Table ! peut apporter ? « 

Références  :

Bloch, Maurice. « Commensalité et empoisonnement. », La pensée de midi, vol. 30, no. 1, 2010, 81-89. doi.org/10.3917/lpm.030.0081

Brillat-Savarin, Jean-Anthelme. Physiologie du goût ou méditations de gastronomie transcendante, Lacour, 1999, édition originale 1825.

Brillat-Savarin, Jean-Anthelme. Physiologie du goût, édition mise en ordre et annotée, avec une lecture de Roland Barthes, Hermann, 1975, édition originale 1825.

Corbeau, Jean-Pierre, Jean-Pierre, Poulain. Penser l’alimentation. Entre imaginaire et rationalité, Privat, 2002.

Dunbar, R.I.M. « Breaking Bread: The Functions of Social Eating. » Adaptive Human Behavior and Physiology 3, 11 mars 2017, 198-211. Springerlink, doi.org/10.1007/s40750-017-0061-4

Dunbar, R.I.M. « The social role of touch in humans and primates: Behavioural function and neurobiological mechanisms. » Neuroscience & Biobehavioral Reviews, vol. 34, no. 2, Fev. 2010, 260-268. Sciencedirect, doi.org/10.1016/j.neubiorev.2008.07.001

Knifing, Kevin M, et al. « Eating Heavily: Men Eat More in the Company of Women. » Evolutionary Psychological Science, vol. 2, mars 2016, 38–46. Springerlink, doi.org/10.1007/s40806-015-0035-3

Ohana, Julie. « The Very Real Psychological Benefits of Cooking For Other People », Huffpost, 17 oct. 2017, huffpost.com/entry/benefits-of-cooking-for-others_n_5967858ae4b0a0c6f1e67a15

Philippart, Jean-Sébastien. « La commensalité :une mise en forme exemplaire de l’Être-en-commun », Mondefrancophones, 26 avr. 2011, mondesfrancophones.com/espaces/philosophies/la-commensalite-une-mise-en-forme-exemplaire-de-l’etre-en-commun/

Racine, S., et St-Onge, M. « Les cuisines collectives: une voie vers la promotion de la santé mentale. » Revue canadienne de santé mentale communautaire, 19(1), 2000, 37-62.

Ruddock, Helen K. «A systematic review and meta-analysis of the social facilitation of eating. » The American Journal of Clinical Nutrition, vol. 110, no. 4, oct 2019, 842–861. Oxford academy, doi.org/10.1093/ajcn/nqz155

Salomé, Jacques. « Passeport pour un mieux-être », J-salomé, févr. 2005, j-salome.com/archives?date=2005

Turquet, Emmanuelle. « On n’est ami que quand on mange ensemble ? », cuisine-therapie, 2020, cuisine-therapie.com/on-nest-ami-que-quand-on-a-mange-ensemble/

Turquet, Emmanuelle. « Pas toujours simple de manger ensemble », cuisine-therapie, 2020, cuisine-therapie.com/pas-toujours-simple-de-manger-ensemble/ Witting, Roman M, et al. « Food sharing is linked to urinary oxytocin levels and bonding in related and unrelated wild chimpanzees. » Proceeding of the royal society B, 281: 20133096, 7 mars 2014. doi.org/10.1098/rspb.2013.3096

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous devriez également aimer

  • Créativité

    Rencontre Louna et Hugues Marrec : Voyager dans le monde sans quitter Avignon

    Temps de lecture estimé : min

    Lire plus
    0 commentaires
    • Alimentation
    • cuisine
    • monde
    • tlmat
    • Tout Le Monde à Table !
    • voyage
  • Recherche

    Les pratiques alimentaires des immigrés mexicains en France : entre adaptation et préservation de leurs origines ?

    Temps de lecture estimé : 7 min

    Lire plus
    0 commentaires
    • Alimentation
    • immigrés
    • mexique
    • Social
  • Recherche

    La vraie valeur du numérique

    Temps de lecture estimé : 15 min

    Lire plus
    0 commentaires
    • COVID-19
    • Economie
    • Environnement
    • numérique
    • Réseaux sociaux
    • Social
    • valeur
  • Recherche

    Prenez soin de votre esprit, Mangez ensemble.

    Temps de lecture estimé : 10 min

    Lire plus
    0 commentaires
    • Alimentation
    • commensalité
    • COVID-19
    • partage
    • Psychologie
    • Santé COVID-19
  • Recherche

    Commensalité et santé physique

    Temps de lecture estimé : 7 min

    Lire plus
    0 commentaires
    • Alimentation
    • commensalité
    • COVID-19
    • partage
    • Santé COVID-19
    • sociologie
  • Point de vue

    Solidarités Alimentaires

    Temps de lecture estimé : 5 min

    Lire plus
    0 commentaires
    • Alimentation
    • alternatives
    • inclusivité
    • Social
    • Solidarité
    • Valeurs
  • Point de vue

    Quelques conseils alternatifs à nos dirigeant.e.s.

    Temps de lecture estimé : 3 min

    Lire plus
    0 commentaires
    • alternatives
    • COVID-19
    • Diversité
    • Innovation
    • Intelligence collective
    • makers
    • politiques publiques
    • prise de décision
  • Créativité

    Scénario à l’horizon 2050 – La faillite de TESLA

    Temps de lecture estimé : 4 min

    Lire plus
    0 commentaires
    • COLLABORATION CRÉATIVE
    • COVID-19
    • Créativité
    • HORIZON 2050
    • RELANCE
    • SCÉNARIO
    • SOLIDAIRE
    • SOLITAIRE