Fiche de lecture

MICHEL LALLEMENT, L’AGE DU FAIRE, Hacking, travail, anarchie

  • Collaboration Créative
  • makers
0 commentaires Temps de lecture estimé : min
MICHEL LALLEMENT, L’AGE DU FAIRE,  Hacking, travail, anarchie

Michel Lallement est sociologue du travail, professeur au CNAM. Ce livre est le résultat d’une enquête ethnographique menée dans le Nord de la Californie durant l’année universitaire 2011- 2012.

Il s’intéresse au mouvement « Faire » (Make), qui se développe depuis le milieu de la décennie 2000, une nouvelle philosophie du travail caractérisée par un enthousiasme collectif pour le bidouillage, les activités artisanales, le bricolage. Un ensemble multiforme d’individus et de groupes qui recherchent avant tout des moyens et des espaces d’activité où le travail est à lui-même sa propre fin, sans que quiconque n’impose d’objectifs, de délais, de contraintes. Juste l’envie de faire pour soi.                     

Le  « FAIRE»  s’incarne principalement à travers le « hacking », qui se pratique dans des « hackerspaces » (ou makerspaces, fablabs, techshops, tiers lieux, …), espaces collaboratifs proposant un lieu de travail, des formations variées et du matériel, où chacun bénéficie de ressources pour donner libre cours à ses projets :  programmation informatique (c’est l’activité historique), mais aussi électronique de pointe, métallurgie et même cuisine. Les objectifs communs de ces « hackers » (ou bidouilleurs – la moins mauvaise traduction en français) sont de réaliser des projets individuels et collectifs, de partager des connaissances, de faire éclore de nouvelles idées, de rencontrer des gens, de s’insérer dans des réseaux. On trouve des hackerspaces surtout en Amérique du Nord et en Europe, mais aussi en Australie, Amérique du Sud, Afrique et Inde. En 2000 on comptait une vingtaine de hackerspaces, en 2014 plus de 1700.                                       

Attention, le terme « hacker » est maintenant de plus en plus associé aux pirates de la programmation et à leurs activités illégales ; ceux-là sont appelés « crackers ».                                     

En 2010 le phénomène est encore extérieur au cœur du système politique, mais l’auteur estime qu’il annonce une troisième révolution industrielle, reconsidérant la place et le sens du travail, vu comme une finalité en soi (ce qui n’empêche pas la recherche d’efficacité et des liens avec le marché ou l’Etat).       
                                                                                                                        
Si l’origine du mouvement se trouve en Europe, avec le Chaos Computer Club de Berlin (regroupement historique de jeunes gens passionnés d’informatique, créé en 1981), le terrain d’enquête a été la baie de San Francisco où le mouvement « Faire » est le plus dynamique car il s’est implanté sur un terrain favorable, celui de la contre-culture et de l’innovation, caractéristiques de la Californie.

L’auteur décrit les origines historiques du mouvement et ses multiples impacts sur l’économie et la société. Il s’est intéressé particulièrement à une communauté dont il a partagé la vie collective : Noisebridge. Noisebridge propose des activités multiples : impression 3D, photographie, ingénierie sociale, conception et lancement de petit matériel spatial, apprentissage de langages informatiques, et trois activités auxquelles a participé l’auteur, la culture de champignons, la cuisine et la pratique de l’allemand. Noisebridge ne reçoit pas de subventions publiques, demande une cotisation à ses membres et reçoit des dons d’entreprises. Les décisions importantes sont prises par consensus, ce qui n’empêche pas des tensions. Et la majorité des hackers de Noisebridge ont un métier « classique » à côté.

La conclusion de l’auteur : en expérimentant une utopie concrète, les hackers font plus qu’imaginer une autre manière de travailler. C’est une nouvelle grammaire du vivre ensemble qu’ils sont en train de composer.
                                                                                                                        
Un ouvrage très complet sur les origines et les évolutions de ce mouvement, avec une description très vivante du fonctionnement d’un hackerspace emblématique, qui existe toujours en 2020.

MICHEL LALLEMENT, L’AGE DU FAIRE, Hacking, travail, anarchie
Editions du SEUIL, collection  » La Couleur des idées « , 2015

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous devriez également aimer

  • Créativité

    Récit de la rencontre entre Chef Damien et Moutaz pour Tout Le Monde à Table !

    Temps de lecture estimé : 9 min

    Lire plus
    0 commentaires
    • binôme
    • Collaboration Créative
    • cuisine
    • gastronomie
    • rencontre
    • Tout Le Monde à Table !
  • Méthode

    Alter’Vision : rêver le futur tous ensemble, autrement.

    Temps de lecture estimé : 4 min

    Lire plus
    0 commentaires
    • Collaboration Créative
    • Intelligence collective
    • loi PACTE
    • makers
    • Raison d'Être
    • Valeurs
    • Vision
    • VUCA
  • Point de vue

    Quelques conseils alternatifs à nos dirigeant.e.s.

    Temps de lecture estimé : 3 min

    Lire plus
    0 commentaires
    • alternatives
    • COVID-19
    • Diversité
    • Innovation
    • Intelligence collective
    • makers
    • politiques publiques
    • prise de décision
  • Méthode

    Alter’Storming©, une expérience de collaboration créative entre makers. Une nouvelle manière de brainstormer.

    Temps de lecture estimé : 4 min

    Lire plus
    0 commentaires
    • alternatives
    • brainstorming
    • Collaboration Créative
    • Créativité
    • Diversité
    • makers
    • Résilience
  • Alterworks

    Le monde après la relance : solitaire ou solidaire ? 3 scenarios à l’horizon 2050

    Temps de lecture estimé : 2 min

    Lire plus
    0 commentaires
    • Collaboration Créative
    • HORIZON 2050
    • METHODE
    • PROSPECTIVE
    • RELANCE
    • SCÉNARIO
    • SOLIDAIRE
    • SOLITAIRE
  • Méthode

    La créativité, c’est comme l’improvisation : ça s’apprend !

    Temps de lecture estimé : min

    Lire plus
    0 commentaires
    • Collaboration Créative
    • Créativité
    • improvisation